Dominicains
province de France
  Dominicains - Province de France > Réflexion > Recensions > Recensions d'ouvrages de théologie morale
fr. Michel Demaison Le fr Michel Demaison est théologien moraliste. Il a longtemps enseigné à la faculté de théologie et au Centre de bio-éthique de l'Université catholique de Lyon.
envoyer
 
mailto
 
print
 
grossir
 
r�duire
Partager cet article :
La nature dans l’identité sexuelle dirigé par Régis Mache

La nature dans l’identité sexuelle, collectif sous la dir. de Régis MACHE, Ed. L’Harmattan, 2009, 155 p., 15 €.

Recension parue dans la revue Lumière & Vie

Reprenant un colloque du Groupe Interuniversitaire d’Ethique de la Recherche (Grenoble), l’ouvrage est introduit par Régis Mache, directeur de cette publication, qui en expose la problématique : comment articuler les pôles biologique et anthropologique dans la réflexion sur l’identité et la différence sexuelles, l’arrière-plan étant le débat, fort animé, autour du genre (gender studies) ? Une première série de contributions développe quatre approches plurielles soulignant les interactions entre le biologique et le psychologique : un développement du point de vue écologiste et évolutionniste, une étude des éventuelles implications de gènes dans les comportements homosexuels, une autre sur les causes biologiques d’anomalies de l’identité sexuelle, et enfin les questions délicates posées par le transsexualisme et les demandes de modification du sexe.

Pour l’autre volet, deux articles travaillent les dimensions historique et sociologique : le premier tend à montrer que la domination masculine séculaire n’est pas totalement dissociable d’un socle biologique ; le second s’appuie sur des enquêtes pour décrire les liens entre les conduites en matière de consommation, de loisirs et surtout de choix électoraux, et les identités masculine et féminine. Même si, dans ces champs d’activités, les explications par la culture et l’histoire prédominent, on ne peut exclure a priori que les constructions socio-psychologiques n’aient aucun enracinement dans des données biologiques relatives au sexe.

Cette hypothèse ne va certes pas dans le sens de la doxa contemporaine : dès qu’une résistance s’oppose à quelque idéologie du tout symbolique, du tout construit ou déterminé socialement, elle est reçue comme un retour à la « bonne vieille nature », notion dont on devrait avoir appris depuis longtemps à démonter les illusions et les stratagèmes archaïsants, pour ne pas dire réactionnaires. Comme le rappelle l’Introduction, le chantier consiste à ne pas se laisser enfermer dans des positions unilatérales, mais de se tenir au carrefour des éclairages pluriels des sciences et des apports philosophiques.

Ainsi, le genre est à penser comme « la même chose à laquelle on attribue deux sortes de prédicats, les prédicats physiques et les prédicats psychiques » (citation que le texte emprunte à ce que Paul Ricoeur dit de la personne dans Soi-même comme un autre, p. 49). S’il est vrai que les spécialistes ont tendance à dresser des barrières autour de leur savoir pour en faire des totalités explicatives, il est encore plus vrai que d’autres s’en servent à des fins qui n’ont rien de scientifique. Ce livre contribue, pour sa modeste part, à franchir ces barrières et à tracer d’autres chemins d’approche vers la vérité.

Barre verte

En savoir plus sur le livre...

La nature dans l’identité sexuelle dirigé par Régis Mache