Dominicains
province de France
  Dominicains - Province de France > Réflexion > Liturgie > L'année liturgique
envoyer
 
print
 
grossir
 
r�duire
Partager cet article :
Samedi Saint

 Aujourd'hui, Jésus est mort et son corps repose dans un tombeau creusé dans la pierre. Comme le veut la loi juive, en ce jour de sabbat, il est interdit d'approcher un cadavre. C'est donc demain matin que les femmes viendront à la première heure accomplir les rites funéraires. En ce jour, selon la tradition, Jésus descend au lieu souterrain où séjournent les morts, pour les relever de la mort éternelle, comme il sauvera les hommes qui naîtront et mourront après lui.

 Le Samedi Saint est un jour sans liturgie : on ne célèbre pas l'eucharistie. Mais le soir venu, c'est la nuit de la Résurrection qui commence. On célèbre alors, de la manière la plus solennelle et la plus joyeuse, la vigile pascale, qui anticipe la découverte, dimanche matin, du tombeau vide...

Barre verte

 Un grand silence règne aujourd'hui sur la terre, un grand silence et une grande solitude. Un grand silence parce que le roi dort. La terre a tremblé et s'est calmée parce que Dieu s'est endormi dans la chair et qu'il est allé réveiller ceux qui dormaient depuis des siècles. Dieu est mort dans la chair et les enfers ont tressailli. Dieu s'est endormi pour un peu de temps et il a réveillé du sommeil ceux qui séjournaient dans les enfers... Il va chercher Adam, notre premier Père, la brebis perdue. [...]

 Regarde sur mon visage les crachats que j'ai reçus pour toi afin de te replacer dans l'antique paradis. Regarde sur mes joues la trace des soufflets que j'ai subis pour rétablir en mon image ta beauté détruite. Regarde sur mon dos la trace de la flagellation que j'ai reçue afin de te décharger du fardeau de tes péchés qui avait été imposé sur ton dos.

 Regarde mes mains qui ont été solidement clouées au bois à cause de toi qui autrefois as mal étendu tes mains vers le bois... Je me suis endormi sur la croix et la lance a percé mon côté à cause de toi qui t'es endormi au paradis et as fait sortir Ève de ton côté. Et mon sommeil te fait sortir maintenant du sommeil de l'enfer.

 Lève-toi et partons d'ici, de la mort à la vie, de la corruption à l'immortalité, des ténèbres à la lumière éternelle. Levez-vous et partons d'ici et allons de la douleur à la joie, de la prison à la Jérusalem céleste, des chaînes à la liberté, de la captivité aux délices du paradis, de la terre au ciel.

 Mon Père céleste attend la brebis perdue, un trône de chérubin est prêt, les porteurs sont debout et attendent, la salle des noces est préparée, les tentes et les demeures éternelles sont ornées, les trésors de tout bien sont ouverts, le Royaume des Cieux qui existait avant tous les siècles vous attend.

 Extrait d'un sermon de saint Épiphane († 403).

Barre verte

 ■ Texte publié dans le Lectionnaire pour les dimanches et pour les fêtes (lectionnaire patristique dominicain), Jean-René Bouchet o.p., Paris, 1994, Éditions du Cerf.

 ■ Consulter les horaires de la célébration de la Cène dans les couvents.

 ■ La liturgie de la Parole avec Epiphanie

Anonyme 1445