Qui sommes-nous ?. Où sommes-nous ?. Que faisons-nous ?. Devenir dominicain. Huitième centenaire. Rechercher. Nous aider. Actualité. Prédication numérique. Nous contacter. Retraite dans la ville Facebook Nous contacter

L’Ordre des Prêcheurs appartient à une une famille diversifiée dont les membres partagent le charisme commun de la prédication, même s’ils le vivent chacun de manière propre.

 

La famille dominicaine est donc un arbre qui comprend plusieurs branches, dont certaines datent de l’origine.

 

Les frères dominicains, prêtres ou non, vivent en couvents, regroupés en provinces. Le maître de l’Ordre à Rome est leur supérieur général. Actuellement, il s’appelle Bruno Cadoré.

 

La branche des moniales dominicaines réunit les monastères de femmes contemplatives. Si chaque monastère est autonome, il entretient un lien institutionnel avec le maître de l’Ordre des Prêcheurs. Les sœurs moniales soutiennent la prédication des frères par leur prière. Offrant à ceux qui le désirent un lieu de prière et de silence, leurs communautés sont elles-mêmes une prédication.

 

Il y a ensuite de nombreuses communautés de religieuses qui partagent la spiritualité dominicaine et constituent les congrégations dominicaines qui ont des activités apostoliques diversifiées (éducation, activités caritatives, hospitalières ou pastorales, présence auprès des personnes défavorisées, etc.)

 

Certains laïcs se consacrent au Seigneur par des vœux, dans l’esprit dominicain, mais continuent de vivre leur vie laïque, socialement et professionnellement engagée dans le monde. Il s’agit des instituts séculiers dominicains.

 

Enfin, de nombreux laïcs, célibataires ou mariés, et aussi des prêtres séculiers appartiennent à des fraternités laïques ou à des fraternités sacerdotales dominicaines, pour nourrir leur vie spirituelle et travailler, avec les frères et les sœurs, à l’annonce de l’Évangile au monde.

 

À côté de ces formes institutionnelles, il y a encore bien d’autres manières, plus ponctuelles, de vivre la spiritualité dominicaine et de participer au charisme et à la mission de l’Ordre dominicain.

 

L’arbre est grand, avec des vieilles branches, des petites pousses et beaucoup de fruits !

 

Quelques liens de la famille dominicaine :

Fédération des Moniales dominicaines
Monastère de Beaufort
Monastère de Chalais
Monastère de Dax
Monastère de Langeac
Monastère de Lourdes
Monastère d’Oslo
Monastère de Prouilhe
Monastère de Taulignan
Regroupement international des sœurs dominicaines apostoliques
Les sœurs dominicaines de Monteil
Les sœurs dominicaines du Saint-Nom-de-Jésus
Les laïcs dominicains

Qui sommes-nous ? Des moines ? Non pas vraiment. « L’habit ne fait pas le moine. » En l’occurrence, cela s’applique !

Notre vie ressem­ble pourtant à celle des moines, c’est vrai : nous vivons en frères, avec une vie commu­nau­taire, parta­geant la table, mettant en com­mun nos biens. Louant ensemble, ou seuls, le Seigneur et lui confiant le monde qui vit et parfois souf­fre. Mais notre vie se passe aussi à l’exté­rieur car nous sortons du cou­vent (qui n’est donc pas un monas­tère). En effet, le monde nous appelle : nous sommes des prê­cheurs, et l’annon­ce de la parole de Dieu à nos contem­po­rains est la grande affai­re de notre vie.

 

À l’origi­ne, il y a le cœur débor­dant de saint Domini­que, inquiet de voir tant d’hommes et de femmes à l’écart de la Bonne Nouvel­le. S’en­tou­rant de frères, il ne tarde pas à les disper­ser aux quatre coins de la terre pour prê­cher à ceux qu’ils croise­ront sur leur chemin. Un cœur qui débor­de, telle est donc l’origi­ne de l’Ordre des prê­cheurs. Et depuis huit siècles, frères, sœurs et laïcs domini­cains s’atta­chent à rester fidèles à cette mis­sion si belle : Louer, bénir et prêcher.

Partager à un ami




votre message a été envoyé