Qui sommes-nous ?. Où sommes-nous ?. Que faisons-nous ?. Devenir dominicain. Huitième centenaire. Rechercher. Nous aider. Actualité. Prédication numérique. Nous contacter. Retraite dans la ville Facebook Nous contacter
S'abonner gratuitement à Amitiés Dominicaines

 

 

Mgr Charles Mrorerod o.p., évêque de Fribourg, Lausanne et Genève a ordonné diacre, le samedi 25 juin, les frères Pierre de Marolle (de la province de Suisse), Jacques-Benoît Rauscher, Emmanuel Dumont, Pierre-André Mauduis et Olivier Catel (de la province de France).

 

 

Le 25 juin 2016, j'ai été ordonné, avec quatre autres frères, « diacre en vue du presbytérat », comme cela figure sur l’attestation que nous a remise l’évêque à l’issue de la cérémonie. Il est vrai que cette formule a pour but d’indiquer que je n’ai pas été ordonné pour servir comme diacre permanent, mais, un jour, en fonction de l’appel que mes supérieurs m’adresseront, comme prêtre. Cependant, au-delà de cette explication formelle, l’expression « diacre en vue… » a attiré mon attention pour deux autres raisons.

 

La première, la plus immédiate, est que cette expression indique qu’il y a un après. Depuis mon entrée dans l’Ordre, j’ai l’impression que c’est une constante. Chaque étape appelle un après : après le noviciat, la profession simple ; après la profession simple, la solennelle ; après la profession solennelle, le diaconat ; après le diaconat, le sacerdoce… Et alors, la formation proprement dite d’un dominicain-prêtre s’arrête. « Diacre en vue du sacerdoce » signifierait que la dernière étape est presque atteinte. C’est sans doute une bonne nouvelle (pour moi et mes formateurs !). Cependant, à trop raisonner en termes d’étapes, on risque de voir la formation comme une sorte de course, consistant à se concentrer sur la ligne d’arrivée. Or la ligne d’arrivée, pour un dominicain comme pour tout baptisé, n’est pas le sacerdoce, mais la sainteté ! Par ailleurs, les différentes étapes de formation ne sont pas des obstacles qu’il s’agirait d’oublier une fois surmontés. Si j’ai été ordonné diacre en vue du sacerdoce, toute ma vie, j’espère donc rester diacre en vue de la sainteté, la mienne et celle des autres !

Cela me conduit directement à la deuxième manière de comprendre l’expression « diacre en vue… » que je voudrais retenir ici. Etre diacre, c’est se placer « en vue », face au Peuple de Dieu. J’ai été frappé par ce mouvement lors la cérémonie d’ordination : les diacres nouvellement ordonnés quittent leur place avec les fidèles et vont se placer dans le choeur avec les autres ministres. Etre diacre consiste donc à déplacer son regard – même physiquement – sur le Peuple de Dieu. Après quelques mois de diaconat, c’est cette dimension qui m’impressionne le plus, en particulier au moment de proclamer l’Evangile. Dans une messe, le diacre n’accomplit presque aucun geste qu’il ne pouvait accomplir avant son ordination. A une exception notable : la proclamation de l’Evangile. Regarder depuis l’ambon le Peuple réuni pour la célébration et le voir écouter la Bonne Nouvelle que l’on proclame est un moment particulièrement impressionnant. Une telle expérience me fait encore plus réaliser combien l’Evangile n’est pas un texte que l’on étudie simplement pour soi, mais qu’il est une Parole faite pour être proclamée, que des personnes aspirent à recevoir. En cela, même si je suis diacre « en vue » du sacerdoce, il y a quelque chose de ma vocation de frère prêcheur de la Parole qui est déjà comblée dans ce ministère !

Partager à un ami




votre message a été envoyé